Linux File Managers

Windows est riche en gestionnaires de fichiers de qualité : Total Commander (héritier de Norton Commander), le plus récent, complet et configurable, Directory Opus et surtout, dans le domaine freeware l’incontournable FreeCommander.

Par qualité j’entends : présentation en double-fenêtres, gestion des favoris, affichage des arborescences, raccourcis clavier paramétrables pour chaque tâche, tris et sélections multiples, recherches avancées rapides, mise à plat de répertoires, fonction FTP…

Côté Linux, les gestionnaires de fichiers simples abondent : Thunar et sa gestion des onglets depuis la 1.6, PCmanFM, Nautilus, Rox-Filer impressionant de vitesse. Côté KDE l’excellent Dolphin, ou les plus anciens Konqueror et Krusader.

L023La gestion du multi-fenêtrage est prise en charge par d’anciens dinosaures, mais la mauvaise intégration de ceux-ci dans les environnements de bureau récents et/ou leurs paramétrages limités peuvent rebuter : Worker, Tux Commander, Gnome Commander, 4pane, XFE…

On trouve néanmoins quelques sérieux candidats.

SpaceFM : Héritier de PCmanFM, pas encore intégré aux repositories Debian mais dispo en installateur et présent sur Yaourt pour les Arch. Rapide, dual-pane, navigation par onglet, gestion des favoris et des arborescence. Moins d’options de config. que les ténors du genre toutefois, pas de gestion FTP.

L021Sunflower : Un petit nouveau à suivre, s’annonce comme le successeur linuxien de Total Commander. En installateur .deb sur le site de l’application ou sur les repo Yaourt pour Arch.

L022

Midnight Commander : Le gestionnaire ultime en mode terminal. Nécessite un bon apprentissage et ne remplacera pas totalement un gestionnaire classique pour un usage quotidien.

L020Extrêmement pratique pour la gestion massive de fichiers, les transferts, copies, et globalement l’organisation de son poste de travail. Ultra léger et rapide évidemment, doté de multiples fonctions d’édition, tri, compression, comparaison et j’en passe, mais dont le contrecoup est un travail de prise en main nécessaire à son adoption.

  • Pour acquérir les bases voir ce tutoriel in english.
  • La bête est livrée avec quelques thèmes (/usr/share/mc/skins) à activer dans le fichier ini du répertoire ~/.config/mc/. Pour faire apparaître ce fichier, enregistrez une première fois la configuration de MC (menu Options).
  • La transparence du background peut se définir dans ce même fichier ini, via l’ensemble [colors], voir ici le code à insérer.
Advertisements

Comments are closed.

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑